Pages Menu
Categories Menu

Posted by on Mar 19, 2022 in Sentir/Goûter | 0 comments

Qui est Jérôme di Marino ?

Qui est Jérôme di Marino ?

 

Ouvert sur le monde mais aussi vers les autres, Jérôme, aime à comprendre l’humain, tout autant sur ce qui se passe autour de lui. Son amour pour l’art, son don de l’observation et sa patience se retrouvent dans sa passion du dessin, sa bulle d’oxygène et son échappatoire. Sa devise « Tout vient à point à qui sait attendre. Ce métier nécessite du temps, et beaucoup de patience ! »

 

Le Parcours de Jérôme di Marino !

 

Pourquoi avez-vous choisi le métier de parfumeur ?

L’idée du parfum est en fait, venu assez tardivement. Après des études de chimie à Nice, il prend connaissance de Grasse, la ville du parfum. Passionné par la chimie pour comprendre les interactions du monde qui nous entoure, Jérôme va découvrir le lien et comment combiner les molécules odorantes. Puis, avec la parfumerie, il se rapprochera de son intérêt pour l’art. Dessiner, le design, l’architecture sont des sujets qui le passionnent aussi.  D’ailleurs, il s’est remis à dessiner pendant le confinement…

 

Dessin de @jeromedimarino

 

Quels ont été vos mentors ?

Les deux mentors de Jérôme ont été d’une part Francis Kurkdjian, parfumeur Dior et de sa maison Francis Kurkdjian (je vous recommande d’écouter un mini épisode sur tatousenti podcast)puis Nathalie Gracia-Cetto, parfumeur chez Givaudan. Deux personnalités opposées, mais à la fois tous deux ont été une marraine et un parrain fabuleux pour lui.

Comme Jérôme di Marino me raconte « Je ne m’attendais pas à ce que Francis me forme, une très belle surprise et un formidable challenge ». Pour lui, Francis est un visionnaire. Ce qu’il retiendra, c’est d’être à la fois exigeant envers lui-même, tout autant qu’envers les autres. « J’ai aussi appris à formuler court, lisible et compréhensible, en me donnant une vision grand angle sur le métier » poursuit Jérôme.

 

Nathalie Gracia-Cetto

De son côté, Nathalie a formé Jérôme lors de son passage chez Givaudan. « Une véritable initiation, loin des réalités du marché. De fait, elle voulait me protéger du business ! J’étais comme un enfant dans un magasin de bonbons et de jouets ! » me confie t-il.

 

De Givaudan à Takasago ?

Une fois l’ISIPCA réussie, Jérôme a fait son apprentissage chez Givaudan auprès de Nathalie Gracia-Cetto. Puis, il intègre la cellule olfactive de Givenchy. Là, il travaille auprès de Françoise Donche, qui lui fait découvrir le lien fort entre couture et parfum. De plus, elle m’a ouvert les yeux sur la dimension sociologique du parfum. Mais l’importance d’un brief et la communication avec le marketing.

Ce sera là aussi qu’il apprend la logique du marché. Sans toutefois oublier qu’un parfumeur est confronté à l’échec, puisqu’ il perd beaucoup plus qu’il ne gagne. Rapidement, il réalisera que la formulation des parfums lui manquera et il intégrera donc Takasago, où il sera formé par Francis Kurkdjian.

Parfums, ingrédients et source d’inspiration

 

Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Les voyages sont une de ses grandes sources d’inspiration. Or, un de ses rêves est de « Faire le tour du monde en prenant tout mon temps, m’enrichir de rencontres, voir les gens vivre, me fabriquer de beaux souvenirs, sac à dos ! » avoue t-il. C’est ainsi que dans ses voyages, il aime se rendre sur les marchés pour lui permettre de comprendre la culture et les goûts culinaires. Mais c’est sans oublier, que Jérôme est un gourmet, plus sucré que salé (écoutez l’épisode de Tatousenti sur la gourmandise ici).

 

Jérôme di Marino

Pizzele, des gaufres italiennes des Abruzzes d’où Jérôme est originaire

 

Néanmoins, n’oublions pas son intérêt pour l’art.  L’exposition de Soulages au Centre Pompidou où l’artiste  a consacré sa vie à un seul thème, le noir, avec une grande créativité, un relief, une densité.. le fascinent. Sa couleur préférée, le blanc, est une absence de couleur mais le symbole de la pureté. C’est aussi la page blanche du parfumeur, qui n’est pas angoissante, mais plutôt épanouissante.

 

Quels sont vos ingrédients préférés ?

 

La Fève tonka

De façon générale, j’apprécie les parfums orientaux. En effet, la fève tonka est un ingrédient riche, aux odeurs reminiscentes de foin, crémeux, chocolaté, gourmand chic… J’en l’utilise beaucoup dans mes parfums.

Le Ciste Labdanum

On  retrouve le ciste Labdanum dans l’accord Ambre 83, une base de la Maison De Laire, présente dans Shalimar de Guerlain. De plus, le ciste est à lui tout seul d’une grande richesse et recèle de nombreuses facettes.

 

 

L’Amande Amère

C’est l’odeur de la colle Cléopâtre, un plaisir régressif, une culture très française. Puis, pour le gourmand que je suis, cette amande amère s’assimile à un calisson olfactif !

 

Jérôme di Marino en 3 parfums 

Ces 3 parfums sont le choix de Jérôme di Marino mais n’oublions pas de mentionner « Black de Daniel Hechter », parfum couronné par un FIFI en 2015. Un parfum où l’on retrouve le ciste, une de ses ingrédients favoris, un message clair.

Mr Burberry Element de Burberry

Il s’agit d’un parfum autour de la mousse minérale.

Le parfum In White d’Elie Saab 

C’est mon premier win et un travail réalisé avec la collaboration de Francis Kurkdjian. En effet, je l’affectionne, parce que j’y ai mis beaucoup de moi ! Il est très orangé et son sillage est puissant.

 

Neon Amber de Molton Brown

C’est une note orientale comme je les aime, où j’ai voulu retravailler l’ambre 83, en enlevant l’ambre gris et en ajoutant de la fève tonka à la place de la vanille. En fait, c’était un accord que j’ai fait pour moi dans un 1er temps !….

 

Ne manquez pas de découvrir les parfums de Jérôme di Marino, un parfumeur talentueux et vrai.

Post a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Afficher un lien vers mon dernier article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.