Pages Menu
Categories Menu

Posted by on Mai 16, 2016 in Portraits, Sentir/Goûter | 0 comments

Quid de l’Association du Patrimoine Vivant du Pays de Grasse

Quid de l’Association du Patrimoine Vivant du Pays de Grasse

Avez-vous déjà entendu parler de l’Association du Patrimoine Vivant du Pays de Grasse ? Savez-vous se qu’elle défend ? Qui la préside ? Quelle est sa mission ? Qui peut y adhérer ? Je me propose de répondre à toutes ces questions. C’est d’autant plus important que la ville de Grasse, bouge, vibre et défend plus que jamais le parfum… Etes-vous prêt pour un voyage à Grasse et au coeur du parfum ?

La principale mission de l’Association du Patrimoine Vivant du Pays de Grasse, est de porter le dossier de candidature, les savoir-faire liés au parfum en Pays de Grasse. Plus précisément, il s’agit de la culture des plantes à parfum, la connaissance des matières premières naturelles et leur transformation, et enfin l’art de composer le parfum au Patrimoine Culturel Immatériel de l’Humanité.

Qui en est son président ?

JP LeleuxJean-Pierre Leleux mais aussi Président du Dossier et de la Direction Générale de la mission. Il est par ailleurs Sénateur des Alpes-Maritimes, Secrétaire du Sénat et Maire Honoraire de Grasse. Il a à ses côtés, Pierre Rabhi et Patrick de Carolis, tous deux Président d’Honneur de l’Association du Patrimoine Vivant du Pays de Grasse.

C’est à l’approche de l’âge adulte que Jean-Pierre Leleux a pu réaliser l’importance du savoir-faire, de la culture des fleurs du Grasse et son admiration pour ces générations d’hommes et de femmes qui ont su transmettre leur savoir-faire à chaque génération. Pour ce dernier, « un héritage, cela se respecte » dira t-il. A cet effet, Jean-Pierre Leleux considère que le Patrimoine Vivant est un facteur essentiel au maintien de la diversité culturelle, face à la mondialisation croissante. Il lui aurait été aussi impensable de ne pas redonner à la terre grassoise qui lui a tant donnée.

Qui est la responsable de la mission ?Nadia Bedarjpg

Nadia Bédar est en charge de la mission Patrimoine Culturel Immatériel. Par ailleurs, elle a été aussi l’auteur et la directrice éditoriale du premier programme TV consacré au Patrimoine Culturel Immatériel (PCI). C’est dans ce cadre qu’elle a rencontré Jean-Pierre Leleux, alors Sénateur-Maire de Grasse, dans l’idée de faire inscrire au patrimoine de l’humanité les Savoir-Faire, liés au Parfum en Pays de Grasse. Pour Nadia, « Il faut certainement beaucoup aimer l’amour pour être parfumeur…. Certainement être assoiffé d’amour pour être cultivateur de plantes à parfum….encore plus fou d’aimer que de chercher à transformer – ô admirable ! la matière première naturelle et rechercher encore et toujours l’éclatante “Nouvelle ».

Quelles sont les actions de l’Association du Patrimoine Vivant en Pays de Grasse ?

Ses actions se composent :

  • La réalisation de l’inventaire du Patrimoine Culturel Immatériel, c’est-à-dire tous les patrimoines du Pays de Grasse
  • L’encouragement à sa préservation, sauvegarde et mise en valeursavoir faire lie aux parfums
  • La découverte de ce Patrimoine à tout public, au travers de publications, de sites Internet et de rencontres
  • Permettre l’accès à ce patrimoine au plus grand nombre
  • Porter le projet de candidature Patrimoine Culturel Immatériel de l’Humanité
  • Favoriser la reconnaissance du métier de parfumeur aux métiers d’art

Quels sont les enjeux d’une telle candidature ?

PraticiensLes enjeux sont indispensables pour l’ensemble de l’activité du territoire, surtout dans le cadre de la culture de la plante à parfum au seing de la COP21. Ceci provoquera une dynamique génératrice d’échanges, de sauvegarde des connaissances, du maintien d’activités sur le territoire grassois et au-delà des frontières et de la prise de conscience de la préservation de l’environnement. L’association a reconnu indissociable les trois ingrédients indispensable au parfum que sont la culture de la plante à parfum, la connaissance des matières premières et leur transformation et l’art de composer le parfum.

Quelles sont les principales mesures de sauvegarde ?

  • Le projet de Chaire UNESCO
  • La mise en place d’un Greta (Mesures de sauvegarde des métiers liés à la transformation des matières premières naturelles sur proposition du Ministère de la Culture et de la Communication
  • Projet de création d’une pépinière durable et collective à disposition des agriculteurs
  • Le recueil de témoignages audiovisuels des jeunes générations auprès des praticiens afin de susciter de nouvelles vocations

Qui peux y adhérer ?

Tout le monde peut y adhérer, que ce soit en tant qu’individuel ou en tant que membre bienfaiteur. Pour en savoir plus, cliquez ici.

 

Post a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Afficher un lien vers mon dernier article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.