, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, blog, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, shop/, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, wp, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40,
Pages Menu
Categories Menu

Posted by on Fév 14, 2014 in BettinaScope | 0 comments

L’histoire fondante du chocolat Menier

L’histoire fondante du chocolat Menier

Menier, Une dynastie sous l’empire de la tablette. Menier, c’est 200 ans d’innovation…De l’officine à la grande consommation…Ce sont cinq générations de la famille Menier qui ont construit un empire autour de la première tablette de chocolat. Aujourd’hui le chocolat Menier appartient à Nestlé, dont le site de production de Noisiel, berceau de cette histoire, retrouve aujourd’hui une seconde vie. Eric Bitoun, nous propose de revisiter ce qu’a été l’empire Menier au travers de ce documentaire, ce samedi 15 février 2014 à 19h25, sur la chaîne Stylia.

Le chocolat Menier

  • La tablette de chocolat

chocolat-menierL’aventure du Chocolat Menier démarre en 1825 avec Jean-Antoine-Brutus MENIER, fondateur de la dynastie. Il aura deux idées de génie, en 1836, il invente la tablette de chocolat sous la forme de 6 barres semi-cylindriques et il décide de l’emballer dans un papier jaune reproduisant sa signature et ses médailles, obtenues lors des expositions. Désormais, la marque de fabrique MENIER, reconnaissable entre toutes, est née.

C’est donc dans un ancien moulin à blé sur la Marne, à Noisiel, que le chocolat Menier se fabrique. À l’origine fabricant de poudres pharmaceutiques, il se lance alors dans la production de chocolat. Les innovations se poursuivent dès le milieu du 19e siècle avec Emile-Justin MENIER, digne successeur de son père, qui opte pour une production totalement intégrée : de la récolte du cacao à la distribution des tablettes de chocolat, le chocolatier contrôle tout. L’entreprise possède même des cacaoyers au Nicaragua dès 1862.

  • De la réclame à la pub

Jean-Antoine-Brutus MENIER est parmi les premiers industriels à utiliser les annonces dansImages Menier les journaux ; et son fils, Emile-Justin, partira dès 1853 à la conquête du pays tout entier grâce à la presse et aux affiches. « Extrême simplicité des lignes du dessin, réduction du nombre des personnages à l’unité si possible, réduction du texte à une formule courte, lapidaire et énergique » sont les maîtres mots MENIER pour développer une stratégie publicitaire efficace. Firmin Bouisset met ces principes à exécution et dessine la fameuse affiche MENIER sur laquelle une petite fille, inspirée de sa propre fille, écrit sur un mur « Éviter les contrefaçons ». Bientôt placardée sur les murs de la France entière, cette affiche marque le lancement d’une communication de masse. Ces affiches seront le long des voies ferrées, sur les kiosques, les distributeurs automatiques de friandises dans les gares et sur les omnibus. La « petite fille MENIER » devient le nouvel emblème de la marque.

Pourquoi ce documentaire ?

Lorsqu’Eric Bitoun, réalisateur et producteur de ce documentaire, découvre la fabuleuse saga de la famille Menier, il reste sans voix ! C’est cette passionnante histoire familiale qui dure depuis 150 ans qu’il a voulu faire découvrir ou re-découvrir au public, mais aussi percer les mystères de la fabrication du chocolat, un procédé qui a beaucoup évolué depuis le XIXe siècle. “Il ne faut pas oublier qu’ils ont été les premiers dans le chocolat. Il n’avait pas de Batiment Menierconcurrence et ils ont contribué à le démocratiser” raconte t-il.

Puis il évoque la mémoire des lieux ; tout d’abord  Noisiel, puisque pratiquement toute la ville travaillait pour Menier et habitait sur place mais aussi les hôtels particuliers autour du Parc Monceau à Paris qui ont appartenu au Menier et le château de Chenonceau. Jusque dans les années 60, 70, on sentait flotter à Noisiel, l’odeur du chocolat, une odeur qui semble manquer aux anciens qui y ont travaillé.

 L’odeur de chocolat dans les parfums

Kokorico de Jean-Paul Gauthier, un oriental boisé qui dévoile un accord suave et légèrement autour du cacao. Cette note chocolatée est rehaussée par des notes aromatiques-vertes, un accord fumé-cuiré. Ce sont aussi des notes chocolatée-vanillée et  terreues de la poudre de cacao que Kokorico révèlent.  Dior Homme, dévoile aussi des notes cacao, qui se glissent discrètement au milieu des notes irisées et boisées. N’oublions pas Angel de Thierry Mugler, le premier gourmand et L’Heure Defendue de Cartier. Si l’on préfère le chocolat blanc, c’est dans Iris Ganache de Guerlain, que vous le trouverez.

Si vous manquez le rediffusion du documentaire, cliquez ici pour acheter le dvd chez Skopia Films

 

Post a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.