, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, blog, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, shop/, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, wp, 31, 32, 33, 34, 35, 36, 37, 38, 39, 40,
Pages Menu
Categories Menu

Posted by on Fév 28, 2014 in Parfumeurs Créateurs, Sentir/Goûter | 0 comments

L’Europe et les allergènes : la Société Française des Parfumeurs fait le point

Face à l’emballement actuel déclenché par la nouvelle règlementation à l’étude, la méconnaissance de certains acteurs devant ce sujet complexe et les actions de divers collectifs qui se mettent en place, la Société Française des Parfumeurs a souhaité faire le point sur l’état d’avancement du projet au travers de sa présidente Sylvie Jourdet.

Qui est la Société française des Parfumeurs

La Société Française des Parfumeurs est une association loi 1901.

Fondée par un groupe de parfumeurs dont Gabriel Mazuyer, Justin Dupont, Marcel Billot et Sébastien Sabetay en 1942 sous le titre de « Groupement Technique de la Parfumerie », la Société Française des Parfumeurs a fêté en 2012 ses 70 ans d’existence.

Aujourd’hui, elle regroupe près de 900 professionnels, (membres actifs français et européens, mais aussi étrangers) tous acteurs de l’industrie de la parfumerie. Ils sont parfumeurs-créateurs, responsables marketing, évaluateurs, chimistes spécialistes de matières premières odorantes, contrôleurs de qualité, responsables de fabrication de compositions, de conditionnements ou encore législateurs de produits parfumés…

La Société Française des Parfumeurs a pour mission première de promouvoir et défendre la qualité et le savoir-faire du parfum français et de mettre en valeur le métier de Parfumeur-Créateur.

C’est en 1990, avec la participation de la SFP et sous l’impulsion de Jean Kerleo que l’Osmotheque, Conservatoire International des parfums fut créée. Véritable collection vivante de parfums anciens et modernes, cette association présidée aujourd’hui par Patricia de Nicolaï a référencé aujourd’hui près de 2000 parfums dont 400 qui ont disparu.

La Société Française des Parfumeurs, épaulée par les sociétés sœurs européennes, s’engage dans la défense du métier de Parfumeur-Créateur dans le cadre de la Communauté Européenne et des conséquences des décisions des Instances Européennes sur la création en Parfumerie. Elle a soutenu la création de l’E.F.E.O. (European Federation of Essential Oils) dont le but est la représentation, la défense et la promotion des Huiles Essentielles et dérivés, auprès des instances Européennes.

Par ailleurs, la Société Française des Parfumeurs organise une multitude d’évènements dont des conférences, des voyages, un salon de matières premières, un Prix du Parfumeur-Créateur tous les deux ans et tient à la disposition de ses membres, une bourse de l’emploi. Elle co-organise également depuis 1998 le World Perfumery Congress, aux côtés de l’American Society of Perfumers.

Qui est Sylvie Jourdet, sa présidente ?

Mon métier, c’est un peu celui du musicien, qui a une mélodie dans la tête et utilise les notes parfumées pour retranscrire cette forme musicale. confie Sylvie Jourdet, parfumeur à la tête de sa société, Créassence. Pour traduire en forme olfactive les demandes de ses clients, Sylvie Jourdet, dispose d’ingrédients : des centaines de molécules naturelles et des milliers de molécules de synthèse.

Créassence est une maison de création et de fabrication de parfums qu’elle a fondée en 2000 et qui possède son propre laboratoire basé près de Paris, à Louveciennes (78). Son métier est d’Imaginer et créer des parfums originaux et uniques, selon vos besoins, vos envies, votre brief… Ses atouts sont sa réactivité et la souplesse de part la taille de sa société.

Par ailleurs, Sylvie Jourdet propose des formations du parfum et de la communication olfactive.

Le point de la réunion du 25 février 2014 sur les allergènes de la parfumerie

La publication du 13 février de la Commission Européenne est une consultation soumise à commentaires sur la mise en œuvre de mesures sur les allergènes de parfumerie.

Toute partie intéressée, comme l’industrie,  peut envoyer ses commentaires.

Cette publication propose d’interdire

  • le HICC (Lyral)
  • le l’atranol et le chloroatranol dans les mousses (traces “safe” autorisées).

Elle propose d’étiqueter

  • de nouvelles matières sur les packs (naturelles et synthétiques)
  • pas d’interdiction ni de nouvelles limites sur ces substances. (pas de mort des parfums classiques!)

Elle propose aussi

  • de ne pas limiter les 11 substances “préoccupantes”  à 100ppm, dans l’attente de la validation de la méthode QRA (Quantitative Risk Assessment).

Si vous désirez en savoir plus cliquez ici sur le site IDEA (site international pour le dialogue de l’évolution des allergènes)

La position de l’IFRA (l’association international des parfums)

En effet, l’IFRA a entrepris un programme de travail scientifique sur les allergènes appelé IDEA (International Dialogue on the Evaluation of Allergens), en collaboration avec la Commission Européenne.

La validation ainsi que l’amélioration de la méthode QRA s’inscrivent dans ce programme :

  • Des experts universitaires,
  • Des industriels
  • Des dermatologues

se penchent sur les différents aspects de la méthode comme l’exposition des consommateurs ou les facteurs d’évaluation de sécurité (SAF).

Conclusions futures

Le résultat des discussions orientera de façon significative la création de toutes les compositions parfumées à venir car cette méthode sera celle qui conduira à fixer les limites d’utilisation des substances jugées “potentiellement” sensibilisantes et que la profession utilise couramment directement ou via les naturels dans ses formulations.

Les workshops

Un premier workshop sur ce sujet s’est tenu  le 19-20 mars 2013 et le suivant est prévu le 11-13 mars 2014 afin de présenter le travail et les réflexions de l’industrie sur ce sujet et échanger avec les dermatologues et autres experts.

Vous trouverez ci-joint le conpte rendu de la réunion du 19 février 2014 de l’IDEA en cliquant ici

La réunion du 11 Mars 2014

L’essentiel sera de souligner la crédibilité de notre profession sur la base de données scientifiques solides. En effet, l’application seule d’un principe de précaution, comme souhaitée par certains dermatologues, pourrait être particulièrement sévère. Cela entrainerait la baisse du seuil d’utilisation de nombreux de nos ingrédients.

A suivre de près … en espérant que le bon sens et la rigueur scientifique l’emporteront !

En vous assurant de notre vigilance sur ce sujet qui nous préoccupe tous.

Vous pouvez aussi rejoindre la page facebook Defense de la parfumerie traditionnelle  et lire l’article du blog Grain de musc en cliquant ici

 

Post a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.