Pages Menu
Categories Menu

Posted by on Mai 31, 2015 in Famille florale, Femme, Sentir ou Goûter, Sentir/Goûter | 0 comments

L’Eau d’Issey version City Blossom 2015

L’Eau d’Issey version City Blossom 2015

Pour ce printemps 2015, Issey Miyake, a voulu revisiter la célèbre Eau d’Issey, raconter une autre histoire olfactive. C’est une invitation de la nature, au coeur de la ville. Pour cela, les parfums Issey Miyake, ont invité le parfumeur Alberto Morillas et la street artist parisienne Mademoiselle Maurice à s’exprimer sur l’Eau d’Issey City Blossom, la nouvelle édition limitée.

Issey Miyake livre sa nouvelle vision printanière de l’Eau, à l’aide d’une collaboration avec des artistes comme le créateur japonais aime à faire depuis longtemps.

Pour lui, ce sont de ces regards, de ce jeu de ping pong que naissent la créativité. Nathalie Helloin-Kamel, directrice générale des parfums BPI me rapporte qu’Issey Miyake lui disait « Si je suis seul, je vais me raconter toujours la même histoire ». Ici, Mademoiselle Maurice, a la capacité d’apporter de l’émotion et de la poésie. De simples papiers colorés et des bouts de fils sont le support d’une oeuvre pensée, pour faire surgir de l’asphalte urbain, toute la magie de la nature, à laquelle les hommes ne devraient cesser d’être reliée.

Boutique Issey MiyakeAu travers de quelques questions posées à Alberto Morillas, vous pourrez comprendre le message tant visuel qu’olfactif, de cette nouvelle version éphémère d’Eau d’Issey. Ce dernier avoue « J’ai une grande admiration pour l’Eau d’Issey, parfum réalisée en 1992 par Jacques Cavallier, et si j’ai relevé le défi d’une réinterprétation éphémère, c’est avec le plus grand respect pour les valeurs qu’elle véhicule depuis sa création.« 

Révéler la nature en milieu urbain, est-ce un exercice facile  ?

Alberto : Parler d’une fleur des villes, c’est à première vue, contradictoire ! Malheureusement, il ne reste  plus beaucoup de « poumons verts » au cœur du bitume. En même temps, cette contradiction apparente rend mon travail passionnant.

D’où vous vient l’inspiration pour L’Eau D’Issey City Blossom ?

Alberto : C’est en passant devant certains grands fleuristes parisiens que le déclic s’est fait : la nature débordeL'Eau d'Issey City Blossom littéralement de leurs boutiques, jusqu’au trottoir, avec ces cascades de fleurs, de verdure…mon œil était attiré par les fleurs de couleurs chatoyantes et au parfum délicat, justement celles que l’on appelle « les fleurs de ville » qui apportent de la couleur et de la vie aux passants. Elles n’y poussent pas, mais sont la base de bouquets sublimes ; une jolie danse florale. Une empreinte de la beauté dans la ville.

A quelle famille olfactive appartient de l’Eau d’Issey City Blossom ?

Alberto : Il s’agit d’un floral-boisé-abstrait, sans aucun doute !

L’Eau d’Issey City Blossom est-elle une évocation de fleurs abstraites  ?

issey-miyake-parfumjpgAlberto : – Le freesia, l’osmanthus et le magnolia, toutes trois présentes dans le parfum, sont des fleurs aux odeurs suaves, délicates, fugaces, donc difficiles à capter. Avec ces fleurs-là, on fait appel à son imaginaire, on s’évade, mieux et plus loin qu’avec d’autres qui s’offrent à votre nez. C’est un parfum immédiat et sans détours. Toute la difficulté réside dans la maîtrise de cette évocation, à mi-chemin entre une fraîcheur naturelle, limpide, et une composition, qui laisse entrevoir une nature fantasmée mais harmonieuse. Mais, sans la magie du poivre rose, en tête de la fragrance, et dont j’ai fait, au fil du temps ma note- signature, la fleur serait moins abstraite.

Sentez-le sur des quartiers de citron jaune, comme ici, enivrez-vous de sa facette très safranée et vous serez surpris de découvrir sa métamorphose en fleur ; l’instant d’une éclosion….

Y a-t-il selon vous d’autres correspondances entre le monde du land art et l’univers de City Blossom ?

Alberto : -C’est assez troublant de constater à quel point ce parfum possède de points communs,Alberto Morillas avec l’éclosion d’une œuvre d’art. Le fond du parfum, fait de Cèdre blanc de Virginie, d’ambrox et de muscs blancs, est vraiment agencé pour donner et apporter de la texture, comme si on devait y retrouver en surimpression des pétales d’une fleur…le musc est là, en toile de fond, en support qui va recueillir le moelleux sans amertume, puis le Cèdre blanc et l’ambrox, sont aussi la « patine » du parfumeur. Celles apportent profondeur, puissance et sensualité à la composition et vont ainsi sublimer toutes les notes ! Un souffle de générosité florale.

Si vous deviez évoquer L’Eau d’Issey City Blossom en trois mots… que diriez vous ?  

Alberto : Je parlerais d’une effusion de poésie florale.

L’Eau d’Issey City Blossom est une belle création, signée Alberto Morillas. Néanmoins je vous avoue qu’il ne fait pas parti ede mes notes olfactives préférées !…. Pour en savoir plus, www.isseymiyakeparfums.com

Et vous, dites-moi ce que vous en pensez en me laissant un commentaire

Post a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Afficher un lien vers mon dernier article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.