Pages Menu
Categories Menu

Posted by on Jan 21, 2014 in BettinaScope | 2 comments

Elsa Schiaparelli chez Christie’s à Paris

Elsa Schiaparelli chez Christie’s à Paris

Au moment où tout le monde s’intéresse à Elsa Schiaparelli, Marisa Berenson, sa petite-fille, la célèbre actrice et ancien mannequin, met en vente des objets et des robes de la Collection personnelle de cette dernière, ce jeudi 23 janvier 2014, chez Christie’s à Paris. La comédienne reconnaît profiter d’un « moment où tout le monde s’intéresse à ma grand-mère » pour lui donner « une autre vie, permettre qu’une autre génération découvre son univers ». « Schiap vit encore en moi, je n’ai pas besoin de tout ce mobilier, ces objets et ces vêtements pour me souvenir d’elle » déclarait Marisa Berenson au New York Times.

Marisa Schiaparelli Berenson, petite-fille d’Elsa Schiaparelli explique : “Ma grand-mère était et est encore aujourd’hui une véritable inspiratrice, et je pense qu’il est temps que les jeunes générations sachent qui elle était, pour pouvoir goûter à ce monde merveilleux qu’elle avait créé, dans lequel elle vivait et qu’elle a laissé derrière elle. Je fais partie de ceux et celles, nombreux, qui vivent dans le présent. Il est évident que le passé est précieux, par sa résonance émotionnelle, par l’héritage qu’il imprime dans nos gènes et par la culture et les richesses qu’il inscrit dans notre vie, mais je pense que tout cela est parfaitement intériorisé et qu’il est inutile de continuer à porter certaines choses toute sa vie. La vie évolue et il y a des moments où il faut accepter la séparation. Je suis convaincue que les objets personnels de ma grand-mère vont inspirer les générations futures; c’est un héritage extraordinaire et fascinant.”

Elsa Schiaparelli sous la lumière

Elsa SchiaparelliCe lundi 20 janvier 2014, Elsa Schiaparelli renoue avec la Haute Couture, après 60 ans, avec comme directeur artistique, l’italien Marco Zanini, auparavant chez Rochas. Son nouveau propriétaire Tod’s, qui l’a racheté en 2007, aura mis plus de 8 ans à la faire revenir dans la cour des grands.

Sa reconnaissance a commencé par une exposition au Musée d’Art Moderne de New York en 2012, mettant en scène un dialogue entre Elsa Schiaparelli et Miuccia Prada, sa compatriote de renom. La même année, la boutique historique au 21 de la Place Vendôme ouvre à nouveau. Un an plus tard, Christian Lacroix, grand admirateur d’Elsa, lui rend hommage en présentant une collection qui reprend les symboles phares de la couturières comme le « Shocking » ce fuschia vif, les chapeaux excentriques…

Le point d’orgue de cette histoire, sera la vente d’objets de la Collection personnelle d‘Elsa Schiaparelli, par sa petite-fille, Marisa Berenson.

La vente chez Christie’s

C’est Elsa Schiaparelli elle-même qui vous accueille, depuis sa boutique de la Place Vendôme, et vous invite à venir admirer lesVente Schiaparelli différents objets et robes mise en vente. Il s’agit d’une photo prise par Fraçois Koller dans les années 1935. Ne manquez pas de lever la tête, vous verrez un tableau noir amusant qui rassemble des patrons de la maison Schiapparelli.

Ce sont 180 lots qui seront mis en vente, par la maison Christie’s, sous le marteau de Lionel Gosset.  Parmi eux, les deux objets particulièrement prisés sont : le lampadaire en bronze conçu par Alberto Giacometti en 1936 estimé entre 81 000 et 110 000 dollars et le chemisier en soie violet de la collection Astrologie de Schiaparelli de 1939, estimé entre 34 000 et 41 000 dollars.

Cette collection est axée à la fois sur la mode, en une combinaison dynamique de modèles personnels de la styliste et d’autres costumes ethniques et pièces personnelles amoureusement conservés, et sur les beaux-arts et les arts décoratifs qui, dans leur ensemble, évoquent l’extrême sensibilité et l’inspiration qui ont tant marqué ses admirateurs.

Vente Schiaparelli 2Comme le souligne Pat Frost, Directeur du Département Mode de Christie’s  : “Avoir la chance d’inventorier la garde-robe personnelle d’Elsa Schiaparelli, sur catalogue, est tout simplement un privilège. C’est le plaisir de retrouver les vieux amis que l’on a intimement connus à travers des livres et des photos, comme le chemisier Astrologie, mais aussi l’émotion de pénétrer dans la vie quotidienne d’une icône de la créativité, où les nombreuses robes chinoises, tuniques ottomanes et vestes persanes côtoyaient sans vergogne les modèles haute couture de sa garde-robe. Tout en les portant de façon informelle, Elsa Schiaparelli appréciait en connaisseur leur inestimable valeur. Un grand nombre de ces éléments étaient d’ailleurs repris dans ses propres collections de haute couture. De plus, nous avons eu le plaisir de travailler avec Marisa Berenson, la petite-fille de Schiaparelli, qui nous a fait partager les moments lumineux et irremplaçables qu’elle a passés avec sa grand-mère. Nous serons heureux de pouvoir partager, en janvier 2014, ce voyage fascinant dans le monde d’Elsa Schiaparelli.”

Elsa Schiaparelli et le parfum

SchockingLes parfums d’Elsa Schiaparelli :  leur nom commence par un S. Tout comme sa mode, ils furent particulièrement originaux et audacieux.  On peut dire qu’ils cumulaient scandales et succès, comme le plus connu, Shocking, enfermé dans un flacon reproduisant le buste de la voluptueuse Mae West.

« De cette silhouette [celle de Mae West] surgit aussi celle d’un flacon de parfum en forme de femme, ce célèbre flacon de parfum Schiaparelli qui devint pratiquement la signature de la maison. Eleonor Fini le modela pour moi et le parfum mit plus d’un an à être prêt. Il me restait à lui trouver un nom et à choisir la couleur dans laquelle il devrait être présenté.

Le nom devait commencer par un “S”, cela étant l’une de mes superstitions. Trouver le nom d’un parfum est un problème trèsPub Schiaparelli difficile car chaque mot du dictionnaire semble avoir été déposé.

La couleur m’apparut en un éclair. Lumineuse, impossible, impudente, vivante, comme toute la lumière et les oiseaux et les poissons du monde mis ensemble, une couleur de Chine et du Pérou mais pas de l’Occident – une couleur choquante, pure et non diluée. Je baptisai donc le parfum “Shocking” » disait la créatrice. (propos retrouvé sur le site Grain de Musc). Nom qui donnera naissance à une couleur, le fameux rose schocking et à ses mémoires « Schocking Life ».

Sa société de parfum, naît en août 1937, au même moment que le lancement de Shocking. C’est un parfum en accord avec sa créatrice et qui fait écho à au rythme effréné de l’époque. Ce sera le parfumeur Jean Carles de chez Roure, qui lui concevra un parfum anti-conventionnel. Il démarre sur des notes fraîche, avant que l’on découvre l’accord surréaliste d’une rose verte aux accents miellés qui se lovent dans un fond de patchouli et d’ambre. Le fameux rose Schocking de ses collections devenait un parfum. Il s’agit d’un chypre cuir que l’on peut sentir à l’Osmothèque à Versailles.

On retrouve dans la vente, une sculpture en plâtre de Mae West, l’inspiratrice du flacon Schocking, dans la vente. On y retrouve aussi Zut lancé en 1948 (affiche Marcel Vertès) qui met en scène une paire de jambes sur lesquelles un jupon était tombé (à l’image des jambes de Mistinguett) ;  Snuff (1939), un chypre aromatique pour les hommes est en forme de pipe ; et Sleeping (1838), comme un bougeoir… Elle a aussi lancé Salut, Souci, et le Roi Soleil dont le flacon fut réalisé avec Salvador Dali. Parfums incroyables, noms provocateurs, la créativité de Schiaparelli a marqué la parfumerie.

Qui était Elsa Schiaparelli ?

Comme nous le rappelle Philippe Garner de la maison Christie’s « Schiaparelli sait être provocante, joyeuse, subversive tout en procurant aux femmes qu’elle habille la confiance en elles que les vêtements sont censés leur donner ». Son idée de génie, simple et radical, sera un pull en maille tricoté main avec un motif en trompe l’oeil, noir et blanc. Les tableaux et illustrations présentés à la vente nous rappellent les échanges qu’elle a pu avoir avec des artistes comme les plus grands talents de son époque : Elsa Triolet, Jean Dunand, Alberto Giacometti, Meret Oppenheim, Jean Schlumberger, Jean Clément, Jean-Michel Franck ou encore Raymond Peynet. Les recherches qu’elle fera, aboutiront à de matières nouvelles, à des tissus révolutionnaires tels le rhodophane (aussi transparent et fragile que le verre) ou le crêpe de rayonne froissé (ressemblant à de l’écorce d’arbre).

Son héritage est considérable et son oeuvre plus pertinente que jamais. Elle a déjà inspiré de nombreux créateurs comme Vivienne Westwood ou encore Alexander Mc Queen. Comme le titre Aude Lasjaunias dans son article du Monde en date du 13 novembre 2013, « L’esprit originel de Schiaparelli est en adéquation avec notre époque ».

Ne manquez pas l’exposition de cette vente chez Christie’s 9 avenue Matignon, paris 8ème

2 Comments

  1. Bonjour
    je ne trouve pas le parfum schiaparelli dans ma ville: aucune parfumerie ne la en stock. Merci de m’indiquer où je peux le trouver pour passer commande

    C.Gomez

    • Je vous recommande d’appeler la boutique Schiaparelli au 21 Place Vendôme à Paris, j’ose espérer qu’ils pourront vous renseigner !

Post a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Afficher un lien vers mon dernier article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.