Pages Menu
Categories Menu

Posted by on Avr 27, 2015 in Portraits, Sentir/Goûter | 0 comments

Cécile Montier, directrice de l’ISIPCA vous parle en direct

Cécile Montier, directrice de l’ISIPCA vous parle en direct

L’ISIPCA (l’Institut Supérieur International des parfums, cosmétiques et arômes) à Versailles a soufflé il y a deux ans ses 40 bougies. Depuis, plus de 5 000 anciens de l’école, dont les savoir-faire sont unanimement reconnus par les professionnels, ont rejoint les entreprises des secteurs du parfum, de la cosmétique et de l’aromatique alimentaire. J’ai eu envie d’aller à la rencontre de sa directrice, Cécile Montier.

L’ISIPCA a été crééé il y a maintenant plus de 40 ans par Jean-Jacques Guerlain, le célèbre parfumeur. Progressivement, l’école s’est ouverte à la cosmétique, l’arôme alimentaire puis la formation commerciale et esthétique. Aujourd’hui ce sont 11 formations (d’un Bac à un Bac + 5) qui sont proposées.

isipca 2« Passion, ouverture, partage, humilité et ténacité » sont ainsi les valeurs transmises par les formateurs de l’école, comme le rappelle Cécile Montier, sa directrice.

« Dans une école, on apprend la curiosité, la générosité, on reçoit autant que l’on donne », souligne d’ailleurs Pierre-Antoine Gailly, président de la CCI Paris Île-de-France. Deux réflexions qui résument bien l’ISIPCA.

Qui est Cécile Montier ?

Une femme fort sympathique, attentive et tournée vers les autres. Son parcours nous le montre. Elle commence avec du droit dans l’optique de défendre « la veuve et l’orphelin ». Très vite, après un stage chez un avocat, elle se rend compte que ce n’est pas pour elle ! Un diplôme de Sciences Po en main, elle rentre chez Price Water House. Là, cette expérience lui renforce son caractère, mais trop de chiffres et un manque d’humain. Elle poursuit chez Virgin, avant d’entrer chez Gallimard pour gérer les collections de livres adulte (livre d’art et de voyage). Enfin, elle prend conscience que son rêve est celui de rentrer dans le monde de l’école. Aussi est-elle depuis quelques années, à la tête de l’ISIPCA. Curieuse, ouverte, entière avec un regard malicieux et non dénué d’humour, Cécile Montier, ne pourra qu’apporter un regard novateur à l’ISIPCA, n’étant pas issue du cénacle.

Depuis que vous êtes arrivée à l’Ecole, qu’avez-vous mis en oeuvre ?

Mon premier objectif est de conduire l’école à évoluer pour s’adapter à son marché. Dans un premier temps, j’ai recentré, renforcé les formations initiales puis dans un deuxième, je souhaite ouvrir à d’autres publics.

  • Les formations

isipca 1Partie d’un constat que les élèves ne restent que 2 ans à l’école, nous passions beaucoup trop de notre temps à recruter. C’est pourquoi nous avons décidé d’arrêter le pôle esthétique.

L’idée est de se réapproprier ce qui fait la valeur de l’école. Celle-ci réputée pour la formation de futurs créateurs, le « master formulation en évaluation sensorielle »en est l’un des piliers.

Au sein de la chaire « Master Marketing de luxe »; l’ISIPCA en partenariat avec l’ESSEC, a mis en place une formation d’un an, sur le management international de la cosmétique et de la parfumerie.

Je souhaite renforcer et développer l’image en arôme alimentaire. C’est à cette occasion que nous avons participé à la « Nuit à la belle étoile » avec Michel & Augustin. Dans ce même esprit, nous sommes intervenus à la Semaine du goût avec Carole Sester, experte en analyse sensorielle lors la rencontre nationale des chefs de demain.

  • Mixer les publics

 Je la vois à plusieurs niveaux. Un jeune étudiant, ayant un bac pro mécanique, voulant devenir préparateur laborantin a intégré la formation. Nous sommes partis du postulat que dans sa formation initiale, il avait acquis de la rigueur, une qualité essentielle pour devenir préparateur. Dans ce même état d’esprit, j’aimerais ouvrir l’école à plus de mixité locale, à une plus grande mixité des sexes et enfin à de jeunes handicapés. A ce jour, l’ISIPCA a ouvert ses portes à deux élèves, déficients visuel. Plus, je désire créer des partenariats afin de les intégrer dans le système.

Quelle impulsion voulez-vous donner à l’école ?

Je suis persuadée que l’ISIPCA faisant partie des écoles appartenant à la Chambre de Commerce d’Ile deecole isipca France doit avoir pour vocation de servir les entreprises. Il est primordial de coller à la réalité économique des entreprises. Aussi est-il donc important de former les futurs collaborateurs dont elles ont besoin. Pour ma part, le critère de réussite réside dans l’insertion de l’étudiant au sein de l’entreprise, 6 mois après son diplôme. A ce jour, nous avons 77% de réussite, mon objectif serait de dépasser les 80% !

La proximité avec les entreprises est une chose mais il est aussi important d’être en relation avec les fédérations professionnelles (FEBEA, SFPS, Prodarom, SNIAA) et le pôle de compétitivité de la Cosmetic Valley. Ce rapprochement est aujourd’hui réelle.

Pourquoi avez-vous accepté ce poste à l’ISIPCA ?

A un moment de ma carrière, j’ai réalisé vouloir entrer dans le monde de l’école. Pour cela, j’ai entrepris un chemin qui m’a mené à intégrer la Chambre de Commerce puis celui responsable pédagogique et de professeur d’école. Puis j’ai l’opportunité de devenir la directrice de l’ISIPCA. Je suis passionnée avant tout dans l’accompagnement des jeunes et de leur transformation. J’aime en quelque sorte, me sentir utile et les aider à avancer dans la vie.

Quel est votre message aux étudiants d’aujourd’hui et de demain

Qu’ils arrivent passionnés. Qu’ils le restent et qu’ils repartent humbles et travailleurs !… Ce sont des valeurs importantes dans le monde du travail.

Quel est votre rapport au parfum ? Quel est ou quels sont vos parfums préférés ?

J’ai longtemps porté First de Van Cleef & Arpels et aujourd’hui je porte ceux que l’on m’offre ! J’avoue que j’ai redécouvert les odeurs et le monde du parfum. Et surtout le bien-être qu’il pouvait procurer. J’ai prix conscience que le parfum qui est invisible, n’est pas pour autant futile. La réglementation du parfum « lui donne du sérieux », mais néanmoins il reste profond dans le sens « du don de soi ». D’ailleurs, c’est tout à fait plausible de comparer la pyramide olfactive d’un parfum et les gens. J’ai été touchée par cette découverte, moi qui aime sincèrement les gens.

  • Note de tête = l’émotion
  • Note de coeur = la passion
  • Note de fond = l’attachement durable

 

 

Post a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Afficher un lien vers mon dernier article

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.